Code d’éthique

Un code d’éthique est, en quelque sorte, une ligne de conduite se référant à des valeurs. L’éthique situe nos décisions d’action par rapport aux valeurs que nous désirons mettre en pratique. Le Centre-Femmes La Passerelle du Kamouraska s’est doté d’un tel outil en avril 2006 dans l’optique de garantir le bon fonctionnement des relations et interactions au sein de l’organisme.

C’est à partir de valeurs et de principes communs que ce document été rédigé. Chaque participante et travailleuse s’engage à le respecter.

Les écrits qui suivent représentent le code d’éthique du Centre-Femmes en entier. On y retrouve même une partie de témoignages et commentaires des femmes à propos de cet outil.

Le code d’éthique a comme finalité de renforcer l’ensemble de toutes les parties d’un organisme en insistant sur les valeurs communes.  Il fait appel aux droits et à la responsabilisation des personnes.

Le Centre-Femmes, c’est pour les femmes un lieu de solidarité, de prise de parole, d’entraide, d’appartenance, de dialogue, d’éducation populaire, de ressourcement, de valorisation, de développement de l’estime de soi, de respect des différences. Un endroit où l’on peut recevoir de l’aide en cas de besoin.

La mission du Centre-Femmes La Passerelle du Kamouraska, c’est de se donner une ressource locale, gérée par et pour des femmes qui offre aux femmes du Kamouraska de tout âge, un lieu d’appartenance et de cheminement pour contrer l’isolement.  C’est créer un réseau d’éducation populaire et d’action basé sur une orientation et une approche qui favorisent une intervention rejoignant toutes les facettes de la vie des femmes.

Une valeur, c’est ce qui compte vraiment pour une personne ou un groupe de personnes et qui sert de référence pour évaluer si une action peut être considérée comme meilleure qu’une autre,  selon des critères personnels ou sociaux.

Les valeurs prônées par le Centre-Femmes

Accueil, solidarité, confidentialité, respect et justice 

Accueillir, c’est Être en mesure de travailler en concertation avec les femmes afin d’améliorer les conditions de vie, peu importe le statut social, les différences raciales, sexuelles, religieuses…

Être à l’écoute, c’est accueillir chaque femme dans ses besoins, sans préjugés.

Communiquer, c’est quand j’utilise mon corps, mon non-verbal, la parole et l’écoute pour m’exprimer.

Respecter les autres, c’est avoir de l’égard envers chacune en tenant compte de ses forces et de ses fragilités.

Être transparente, c’est être vraie et authentique.

S’entraider, c’est aider les autres selon ses capacités et sans préjugés.

Faire confiance, c’est avoir la certitude d’être accueillie sans jugement.

Partager le pouvoir, c’est permettre à chacune de dire son mot dans un projet.

Avoir l’esprit d’équipe, c’est développer la solidarité, le partage et l’union dans un groupe.

Se responsabiliser, c’est être capable de prendre des décisions et les mener jusqu’au bout et savoir en accepter les conséquences.

Ne pas porter de jugement, c’est accepter ce qu’on me dit sans préjugés en respectant le cheminement de l’autre.

Être engagée, c’est croire en ses valeurs, les défendre et donner selon ses capacités et ses compétences.

Être discrète, c’est savoir respecter la confidence de l’autre.

Accueillir les différences, c’est pouvoir être soi-même dans son originalité.

Promouvoir la dignité, c’est mettre en valeur l’importance et la noblesse de chaque personne.

Être une humaniste, c’est faire la promotion des valeurs qui améliorent la qualité de vie sur terre.

Être autonome, c’est s’assumer, être libre et gérer sa vie.

Être libre, c’est être capable de choisir ce qui est le meilleur pour soi.

Être loyale, c’est être équitable, fidèle, honnête et de bonne foi.

Être équitable, c’est traiter les personnes et les situations de façon juste pour tous et toutes.

Promouvoir l’égalité, c’est valoriser des rapports égalitaires entre les sexes.

Être en faveur de la paix, c’est ne tolérer aucune violence.

Promouvoir la justice, c’est faire en sorte que soient respectés les droits et libertés de toutes les personnes pour toutes les situations.

Garder la confidentialité, c’est respecter ce qui nous est confié et ce dont on est témoin.

Être solidaire, c’est prendre parti pour une idée, une personne, une cause, un groupe. 

Ce que des femmes en ont dit…

Même si je ne suis pas d’accord avec ton opinion, ça ne veut pas dire que je ne t’aime pas. 

C’est vrai. C’est une question de respect. C’est accepter les différences. On apprend beaucoup à écouter, respecter et à essayer de comprendre. L’amour est inconditionnel. Cela dépasse une opinion. Chaque personne a le droit de dire ce qu’elle pense. Une divergence d’opinion n’implique pas les sentiments personnels des personnes. Les différences d’opinion n’ont rien à voir avec l’amitié ou l’amour.  Aimer quelqu’un ne signifie pas être en accord avec tout ce qu’il dit ou fait.  C’est se sentir bien avec cette personne, heureux (se) d’être avec mais sachant aussi qu’on a des personnalités différentes et des visions différentes.  Si je dis à l’autre personne que je ne suis pas d’accord avec son opinion, c’est que je la considère assez pour lui dire et que je lui fais assez confiance.

Je suis loyale envers mes collègues de travail, les femmes et moi-même. 

Être loyale est très important. Sans cela, il est difficile de se faire confiance et ceci doit être perçu dans nos comportements. Mes actes doivent concorder avec mes dires ou mes pensées. Être loyale, cela doit faire partie de nos valeurs. L’authenticité accroît ma validité et me permet de me rallier avec les autres. Je serai loyale si leurs intentions sont justes, respectueuses, honnêtes et en accord avec mes valeurs. Je ne serai pas loyale envers quelqu’un qui a de mauvaises intentions dans le but de nuire à des gens.  Pour un bon fonctionnement au sein d’une équipe, la loyauté est primordiale.  Agir dans la droiture a sa place partout, que l’on soit avec qui que ce soit, et encore plus avec soi-même.  La loyauté n’a pas de sexe.

Il est important de se prendre en charge. 

Oui, la vie est là pour nous apprendre à être responsables. Mais lorsqu’on a besoin d’aide, il ne faut pas hésiter à donner du soutien de façon temporaire. Il faut apprendre à se débrouiller, avoir confiance en soi. Il est important de ne pas abuser des autres. Compter uniquement sur les autres crée une dépendance nous amenant à devenir des victimes ou des parasites d’un autre ou de la société. Oui, il faut apprendre à s’assumer, à compter avant tout sur soi et nos capacités pour arriver à être des membres actifs dans la société. L’autonomie, c’est la base de tout. C’est parfois le but de toute une vie. Se prendre en charge touche plusieurs aspects de la vie tant sur le plan affectif que sur les plans économique, social et relationnel.

Pourquoi est-il important de trouver les forces de chacune?

Pour que les compétences et les valeurs de chacune soient profitables et utiles au groupe et toujours dans le but de développer le potentiel de chaque personne. Pour que chacune puisse se valoriser et développer ses talents et aussi faire grandir la personne selon ses capacités. Cela favorise l’estime de soi prévient la détresse psychologique. Parce qu’en chacune de nous, il y a tout ce qu’il faut pour arriver à passer à travers ses difficultés.  Lorsque chacune met ses forces au service des autres, c’est tout un chantier que nous arrivons à bâtir. Accepter les forces de chacune sans les envier, c’est faire un grand pas vers un mieux-être et un avancement personnel ou d’un groupe.

Il est nécessaire pour moi de me sentir bien dans un groupe.

C’est très important. Cela permet de s’exprimer, de se confier, de discuter, d’échanger avec plus d’aisance et de s’épanouir vraiment. Le sentiment d’appartenance est essentiel si nous voulons participer et être solidaires. Si nous sommes acceptées et appréciées, c’est un grand plaisir de travailler ensemble, sinon cela devient trop lourd à supporter. Le respect et l’acceptation sont obligatoires pour se sentir bien dans un groupe.  Je crois que c’est nécessaire si l’on veut être pleinement soi-même et en mesure de s’exprimer. Il faut choisir et s’entourer de gens avec qui on est bien.

J’ai confiance en l’organisme et aux personnes qui y travaillent et qui y viennent.

Oui, les travailleuses sont honnêtes et responsables dans leurs interventions et leur travail. Le travail des bénévoles est important. Il faut avoir confiance pour poursuivre notre cheminement car nous ne pouvons pas progresser sans la confiance. Le Centre-Femmes est un organisme très important pour les femmes. Il faut le préserver. Avec la publication de ce code d’éthique, je souhaite avoir plus confiance en la confidentialité des personnes qui fréquentent le Centre. Là où la confiance s’établit le progrès suit. Je ne peux progresser qu’à la condition d’avoir confiance en moi et de faire confiance aux personnes qui me donnent un coup de pouce pour progresser davantage.

Quand je viens au centre, ai-je le sentiment d’être maternée?

Non, je reçois un accueil chaleureux. Je me sens appréciée, aimée, importante, supportée, accueillie et respectée dans ce que je suis comme personne. Mon opinion est importante. L’atmosphère est chaleureuse avec un esprit de solidarité. C’est un lieu qui nous permet de s’exprimer librement avec une écoute attentive. Si c’est le cas, le centre doit changer sa façon de faire. Se sentir « maternée » n’exige pas d’effort pour une prise en charge de soi.  Se sentir comprise, entourée oui mais pas maternée.

Autres commentaires :

Merci au Centre-Femmes et poursuivez votre beau travail. C’est rassurant de savoir que vous êtes là. Vous êtes une ressource très importante. Le personnel est excellent. Un désir, c’est que le code d’éthique soit respecté par toutes les bénévoles et les personnes fréquentant le Centre-Femmes. Je crois que toute personne ayant une faible estime de soi se ramasse avec des tas de problèmes et n’arrive pas à trouver la « voie ». Redonner à chacune une bonne estime de soi, lui faire voir ses capacités et le potentiel infini qu’elle a en elle, voilà le travail essentiel et primordial d’un centre. Être là pour accompagner, guider oui mais surtout être là pour une prise de conscience de son moi et chercher des moyens, ses propres moyens pour changer et évoluer, voilà le plus important à mon avis.

Vous pouvez aussi télécharger en format PDF notre code d’éthique. 

 Code d’éthique